UNIKIN : Banques, Rectorat, véhicules… vandalisés : l’APUKIN suspend les activités académiques jusqu’à nouvel ordre

Les troubles survenus lundi sur le campus de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) occupent une place de choix dans les journaux. Les échauffourées qui ont opposé les étudiants de l’Université de Kinshasa et la police nationale congolaise le 6 janvier sont largement commentées par la presse parue à Kinshasa en ce mardi 7 janvier 2020. Elle accorde également une place dans ses colonnes à la rencontre entre le président congolais et son homologue angolais à Benguela en Angola.

UNIVERSITE DE KINSHASA : La Prospérité titre « UNIKIN : banque, rectorat, véhicules… vandalisés : l’APUKIN suspend les activités académiques jusqu’à nouvel ordre »

« Le lundi 6 janvier 2020, les étudiants de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) ont manifesté contre la hausse des frais académiques fixés à 490.500FC pour les classes de recrutement et 485.500 FC pour les classes montantes. Selon les manifestants, ces montants sont contraires à l’instruction du Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU), Thomas Luhaka, qui fixe les frais à 164.700FC pour les classes de recrutement (préparatoire, premier graduat et première licence), 131.760FC pour le deuxième et troisième graduat et 247.050 FC pour le troisième cycle. Ce, alors qu’un protocole d’accord, renseigne-t- on, avait été trouvé le 19 décembre 2019 entre le comité de gestion, l’Association des professeurs, du corps scientifique, le personnel technique et ouvrier et la coordination estudiantine.

Lors des échauffourées, le siège de l’association des professeurs de l’UNIKIN (APUKIN) a été saccagé par les étudiants, la Banque commerciale du Congo, le Rectorat, le Secrétariat général académique, les services des finances et de budget ont été vandalisés. Parmi les dégâts collatéraux de cette action, l’on note également la destruction des pare-brises de certains véhicules se trouvant dans le parking dont le grand bus Tata et la Jeep Toyota Land Cruiser de la Faculté Polytechnique.

La police rapporte que 9 des ses éléments ont été blessés, et 11 manifestants dont 5 étudiants ont été interpellées. Suite à ces actes de vandalisme et des destructions méchantes des matériels académiques, l’Association des Professeurs de l’UNIKIN a décidé la suspension des activités académiques jusqu’à nouvel ordre et propose le déguerpissement de tous les étudiants des résidences universitaires pour une durée indéterminée. Par ailleurs, elle exige des sanctions exemplaires à l’endroit de toute personne impliquée dans ces actes criminels.

COMMUNIQUE DE L’APUKIN

Le comité exécutif de l’APUKIN dénonce les actes de vandalisme perpétrés contre son siège, qui est un patrimoine officiellement acquis par les professeurs ;

Il dénonce les actes de barbarie et de terrorisme contre des infrastructures, entre autres la Banque commerciale du Congo, le Rectorat, le Secrétariat général académique, les services de finance et de budget, etc.

Il condamne les forces négatives qui continuent à instrumentaliser les jeunes pour des intérêts occultes ;

De ce qui précède, le comité exécutif de l’APUKIN :

1) exige des sanctions exemplaires à l’endroit de toute personne impliquée dans ces actes criminels ;

2) propose le déguerpissement de tous les étudiants des résidences universitaires pour une durée indéterminée ;

3) décide la suspension des activités académiques jusqu’à nouvel ordre afin de permettre la restauration d’un climat de paix sur le site universitaire ;

4) et enfin invite les étudiants au respect du protocole d’accord du conseil de partenaires signé le 19 décembre 2019.

Fait à Kinshasa, le 6 janvier 2020.

Pour le Comité Exécutif de l’APUKIN,

Pr. BOKOLO Matthieu, Président »

Lors des échauffourées, le siège de l’association des professeurs de l’UNIKIN (APUKIN) a été saccagé par les étudiants, la Banque commerciale du Congo, le rectorat, le Secrétariat général académique, les services des finances et de budget ont été vandalisés, indique Actualite.cd.

Le Bulletin de l’ACP ajoute que onze personnes dont cinq étudiants ont été interpellées à cet effet.

Par ailleurs, ajoute l’ACP, le commissariat provincial de la police affirme qu’aucune arme létale n’a été utilisée durant cette opération de rétablissement de l’ordre public et que l’entrée de la police dans l’enceinte de l’université pour stopper les actes de vandalisme a été autorisée par la hiérarchie.

Les enseignants de l’UNIKIN regroupé au sein de l’Association des professeurs de l’Université de Kinshasa (APUKIN) ont décidé de suspendre leurs activités jusqu’au rétablissement total de la paix, annonce Cas-info.ca.

L’APUKIN exige notamment le déguerpissement de tous les étudiants des résidences universitaires et exigent des sanctions exemplaires à l’endroit de toute personne impliquée dans « ses actes criminels », avant la reprise des cours, détaille le site web.

Le comité de gestion de l’Université de Kinshasa a condamné « avec la dernière énergie » les actes de vandalisme commis par les étudiants sur le site universitaire, lors de leur mouvement de protestation contre la hausse des frais académiques, note pour sa part 7sur7.cd.

Selon le professeur Daniel Ngoma Ya Nzuzi, recteur de l’UNIKIN, ces actes de vandalisme démontrent que les revendications des étudiants avaient un autre but que les frais académiques, fait remarquer le site web.

COMMUNIQUE DE PRESSE DE SOUTIEN A L’ APUKIN

L’ APUPN qui, à travers son Comité Exécutif, a suivi avec attention les actes de vandalismes perpétrés par nos étudiants de l’UNIKIN qui sont de nature à scandalier l’opinion et à saper toute notre action de formation:

1. Marque sa compassion et sa solidarité avec l’APUKIN dont le siège a été vandalisé;

2. Condamne avec la dernière énergie ces actes, soutient ses décisions portées à la connaissance du public ce lundi 06 janvier 2020;

3. Met en garde les étudiants d’autres institutions, notamment ceux de l’UPN, tendant à emboiter le pas aveuglément à leurs condisciples de l’UNIKIN manipulés par des mains noires invisibles;

4. Demande au Gouvernement et aux services compétents de sanctionner sévèrement tous les fauteurs de troubles, en exigeant aux uns et aux autres de respecter les frais académiques connexes fixés de commun accord par les différents Conseils de Partenaires (COPA).

Fait à Kinshasa, 06/01/ 2020.

Pour le Comité Exécutif de l’APUPN,

Professeur Raoul Ekwampok Ka’ ndum, Président »

COMMUNIQUE DE LA POLICE NATIONALE CONGOLAISE

Le commissariat provincial de la police nationale congolaise ville de Kinshasa informe l’opinion nationale et internationale que les étudiants de l’université de Kinshasa ont organisé, ce lundi 06 janvier 2020, une manifestation pour protester contre la hausse des frais académiques.

Cette manifestation qui devait se limiter à l’intérieur de l’université car l’autorité urbaine n’en a pas été informée officiellement, a été conduite au-delà de l’établissement universitaire troublant ainsi l’ordre public. La police qui était sur place pour encadrer la manifestation et éviter tout débordement, dans sa mission légale de maintien de l’ordre public est intervenue à coup des gaz lacrymogènes pour rétablir l’ordre et protéger les personnes qui n’étaient pas concernées par cette manifestation étudiante mais dont la quiétude a été troublée.

Le bilan de cette manifestation se présente comme suit :

– *7blessés graves et 2 légers du côté de la police*

– *11 personnes dont 5 étudiants interpellées*

– *le bâtiment administratif dont la salle Mgr Luc Gillon vandalisé*

– *le siège de l’association des professeurs de l’unikin saccagé*

– *l’agence BCDC unikin vandalisée avec intention de voler. Un coffre- fort a été forcé*

– *Un véhicule appartenant à un chef des travaux de l’ISTM incendié*.

De ce qui précède, le commissariat provincial de la police attire l’attention sur les éléments ci-après :

– *aucune arme létale n’a été utilisée durant cette opération de rétablissement de l’ordre public*

– *aucun policier n’est entré dans un home étudiant*

– *l’entrée de la police dans l’enceinte de l’université pour stopper les actes de vandalisme a été autorisée par la hiérarchie*

– *la police était déployée aux alentours de l’université depuis le dimanche 05 janvier 2020 pour empêcher les présumés bandits des quartiers environnements de profiter de la manifestation des étudiants pour poser des actes répréhensibles*.

Le commissariat provincial de la police nationale congolaise ville de Kinshasa félicite les policiers commis à cette opération pour leur professionnalisme.

Fait à Kinshasa, le 06 janvier 2020

Le commissaire provincial et commandant ville

*Kasongo Kitenge Sylvano* Commissaire divisionnaire adjoint »

J. Gérard-Désiré ANGENGWA AGBEME

Après ses débuts scolaires, 1ere Promotion de l''Institut Champagnat- Collège de Binza- Institut Bobokoli actuellement, Jerry Gérard-Desiré ANGENGWA AGBEME NGENDU MBOKO est diiplomé d'études universitaires à l'Institut des Sciences et Techniques de l'Information (ISTI) actuel Institut Facultaires en Sciences de l'Infiormation et de la Communication (IFASIC). Jerry Gérard-Desiré ANGENGWA AGBEME est présentement Directeur-Coordonnareur de la Direction de la Communication et Médias de la Fédération congolaise de football association (FECOFA). Il charrie une riche expérience de plus d'une trentaine d'années de métier. Après ses débuts dans la Presse mère au sein du Groupe de presse Salongo dans les années '80, il assumera par la suite les fonctions de Rédacteur en chef et de Directeur de publication de plusieurs journaux du pays notamment EPANZA MAKITA, MAMBENGA, L'ESSOR AFRICAIN, NOUVEAU DEFI, L'ENJEU SPORTIF, LE DIPLOMATE, KIN MATCH, LA RÉPUBLIQUE, ... Il coordonne présentement le 1er Journal televisé sportif en lingala "15' YA MASANO" qu'on suit également sur Youtube sur 15' YA MASANO TV, après ses passages sur Télé Kin Malebo (TKM), Nzondo Télévision (NTV) et Canal Kin Television (CCTV)...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *