L’AFRIQUE DU FOOT S’ÉVEILLE avec le « Manifeste contre les ingérences de la FIFA en Afrique »

MANIFESTE CONTRE LES INGERENCES DE LA FIFA EN AFRIQUE

(Texte du Collectif pour la Défense du Football Africain, CODEFA, créé à la suite de la Réunion de Rabat du 1er Mars 2021 et la désignation directe, sans votes, par la FIFA et quelques dirigeants africains, des futurs responsables de la CAF.

Appel de dirigeants, gouvernants, magistrats, avocats, joueurs, journalistes, hommes et femmes politiques, écrivains, etc ….voir liste)

De Yaoundé à Kigali, de Nouakchott à Brazzaville, de Dakar à Johannesburg , de Conakry à Kinshasa, puis Rabat, le Président de la FIFA Monsieur Gianni Infantino, n’en finit plus de sillonner de part en part, le continent africain au prétexte de servir la promotion des valeurs du football .

Il fait cela depuis plus de trois années sans discontinuer et n’accepte de rencontrer que les monarques en place ou les Chefs d’Etats.

Nul, à priori, ne peut soupçonner le leader du Football mondial d’aller au chevet des Fédérations filiales de la FIFA…
Sauf que ces multiples déplacements sur le continent africain commencent à agacer sérieusement l’opinion publique africaine.

Que cherche le Président de la FIFA sur ce Continent pour le parcourir sans arrêt ainsi ?

Comment peut-il y consacrer une majeure partie de son temps, lui qui doit veiller sur le pouls de plus 210 pays sur la planète ?

Il fut même, il y a quelques jours, aux confins du Sahara, à Nouadhibou, en Mauritanie, pour un simple match U-20 , ce qu’il ne fait, en général, jamais sur aucun des cinq autres continents.

Nous a-t-il déjà servi une photo ou une vidéo aux confins de Trinidad & Tobago ? ou encore de la Papouasie-Nouvelle Guinée aux confins du pacifique et de l’Océanie ?

En réalité, en Afrique, Monsieur Gianni fait de la politique, donne l’illusion de sauver les derniers lambeaux d’une crise latente que lui seul imagine profonde, grave, nécessitant un remède radical.

Ses ingérences quasi permanentes dans la gestion du football africain sont désormais perçues comme une atteinte à la dignité des africains qui ne décolèrent plus de ses coupables déclarations tantôt pour tenter de convaincre du bien fondé d’une CAN organisée tous les quatre ans, tantôt pour directement sermonner les dirigeants africains au grand jour, ou pour donner des leçons de morale à tous ceux qui bravent les multiples interdits édictés par la FIFA.

Que ne l’avez vous fait en Europe auprès de l’UEFA et du Président Aleksander Ceferin ?
Auprès du Cheikh Salman et de l’AFC, en Asie ? et ceux de la Conmebol ? de l’OFC ? de la Concacaf ?

Monsieur Gianni est lui même, , gravement inculpé par la justice suisse… comment ose-t-il donner des leçons et des recommandations morales aux africains ?

La FIFA a imposé à la CAF en 2019 une « Convention » destinée soi disant à lui apprendre à bien travailler et envoyé envahir le siège au Caire des soi disant « experts » italo suisses aux méthodes obsolètes et inappropriées,.

Comme un enfant gâté, le Président de la FIFA a boudé et claqué la porte du Comité Exécutif de la CAF réuni à Rabat en janvier 2020 qui vous a clairement refusé une prolongation de cette même Convention de la Honte FIFA-CAF ,
Les africains se désespèrent aujourd’hui des atermoiements, actions négatives, perpétuelles ingérences et les visions incohérentes soi disant stratégiques du Président de la FIFA et ses proches collaborateurs. Ils ne décolèrent plus de leurs frasques en Afrique.

Mais il y a seulement quelques jours, à Rabat, Gianni Infantino ,a,à nouveau franchi la ligne rouge et dans un exercice inédit pour un Président de la FIFA, monté un horrible scénario consistant à quasiment faire « LES ELECTIONS de la CAF, » en désignant la nouvelle gouvernance poste par poste, 11 jours avant les vraies opérations de vote de l’Assemblée générale le 12 Mars 2021. Cela tient follement de l’inimaginable !!

D’un coup et d’un seul ,la FIFA de piétiner , d’humilier, 54 Etats invités à participer à cette Assemblée.
Pressentir des candidats aux CV insuffisants, quasi inconnus des grands publics ou de la famille du football africain, les imposer puis leur attribuer les fonctions les plus élevées de la hiérarchie de l’institution africaine, revient à comparaitre votre acte à un coup d’Etat d’une junte administrative relevant d’une autre époque.

Monsieur le Président de laFIFA , tous vos faits en Afrique sont aujourd’hui assimilés à de coupables tractations dont le dernier acte pourrait for bien se jouer devant des tribunaux que vous méritez.

Car , contrairement à la fièvre de l’Afrique qui vous subjugue, vous devez cesser immédiatement toute ingérence dans nos affaires africaines .

Vous devriez être sanctionné pour vos interférences personnelles et celles de vos proches collaborateurs connus pour dispenser à longueur de semaine des discours prétentieux et menaçants.

C’est une sourde méfiance qui désormais entoure vos moindres déplacements sur notre continent car nous en connaissons les pitoyables raisons.
Même si vous ne le croyez pas, l’Afrique possède des talents, des hommes et des femmes qui dépassent en qualité et en probité nombre de ceux que vous nous présentez comme des « experts » en capacité de nous prendre par la main pour nous dispenser on ne sait quel savoir illusoire.

Monsieur le Président de la FIFA, ne vous déplaise, nous ne voulons plus ni de vos conseils, ni de vos « voyages d’amitié » et encore moins de vos recommandations pour nous imposer un tel ou une telle.

La CAF a vécu avec dignité et honneur depuis 1957, SANS VOUS et elle a grandement contribué à souder la famille du football même quelquefois en traversant des épreuves dures et pénibles. Mais c’est la rançon de la bonne expérience, celle qui naît en Afrique et qui se nourrit de nos propres valeurs et qui finit par bâtir notre socle social ,culturel, identitaire.

A présent, s’il en était besoin, et si vous persistez dans votre entêtement à vouloir défier notre dignité à conduire en toute indépendance, la gouvernance continentale de notre football ,vous vous exposerez immédiatement à un appel massif au boycott de la mascarade élective du 12 Mars 2021 à Rabat, que vous avez concoctée avec de prétendus dirigeants, hélas faibles de raison et dénués d’estime pour leur propre continent. Cette irresponsabilité de certains dirigeants africains qui ont accepté de se soumettre au diktat de la FIFA nous fait honte et déshonore leurs propres pays .
Mais un jour nous guérirons de nos trahisons et soumissions et le football africain connaitra son embellie et retrouvera son honneur perdu.

C’est ce combat qui commence aujourd’hui!

J. Gérard-Désiré ANGENGWA AGBEME

Après ses débuts scolaires, 1ere Promotion de l''Institut Champagnat- Collège de Binza- Institut Bobokoli actuellement, Jerry Gérard-Desiré ANGENGWA AGBEME NGENDU MBOKO est diiplomé d'études universitaires à l'Institut des Sciences et Techniques de l'Information (ISTI) actuel Institut Facultaires en Sciences de l'Infiormation et de la Communication (IFASIC). Jerry Gérard-Desiré ANGENGWA AGBEME est présentement Directeur-Coordonnareur de la Direction de la Communication et Médias de la Fédération congolaise de football association (FECOFA). Il charrie une riche expérience de plus d'une trentaine d'années de métier. Après ses débuts dans la Presse mère au sein du Groupe de presse Salongo dans les années '80, il assumera par la suite les fonctions de Rédacteur en chef et de Directeur de publication de plusieurs journaux du pays notamment EPANZA MAKITA, MAMBENGA, L'ESSOR AFRICAIN, NOUVEAU DEFI, L'ENJEU SPORTIF, LE DIPLOMATE, KIN MATCH, LA RÉPUBLIQUE, ... Il coordonne présentement le 1er Journal televisé sportif en lingala "15' YA MASANO" qu'on suit également sur Youtube sur 15' YA MASANO TV, après ses passages sur Télé Kin Malebo (TKM), Nzondo Télévision (NTV) et Canal Kin Television (CCTV)...