ELECTIONS A LA CAF : Une douce invite à la réélection du Malgache Ahmad Ahmad

Pour accomplir la vision qui est sienne au cours de ce quadriennat qui arrive pratiquement à son terme, le président de la CAF , dans un document bilan, trace les grands axes de son travail.

« Pour accomplir cette vision, nous avons dû instaurer une nouvelle méthode de gouvernance, inclusive, consultative, dans laquelle le Comité Exécutif a un réel pouvoir décisionnel. Nous n’y sommes attelés, avec courage, pour offrir aux africains le sport qu’ils méritent. Nous avons bâti un socle solide et stable, apte à développer le football. Le travail devra se poursuivre, mais l’essentiel des chantiers est entamé », lit-on dans le document.

A travers ces lignes, on peut subodorer la réelle volonté du président Ahmad Ahmad à se présenter pour un nouveau mandat. Surtout qu’il laisse son bilan, largement positif, à l’appréciation de tous, avec une bonne santé de l’instance dont les mérites ont été vantés. « La bonne santé de la Confédération a d’ailleurs été démontrée lorsque nous avons traversé une crise sans précédent ; le coronavirus a tout arrêté, mais malgré l’absence de rentrées financières, nous avons aidé nos associations membres. Elles ont été soutenues, et nous en avons profité pour marquer l’Histoire du football africain en décidant, en pleine pandémie, la création de la Ligue des champions féminine. De cela, je resterai toujours immensément fier », détaille le président Ahmad.



Ahmad candidat …déclaré à sa succession ?

En pensant très fort à ses collaborateurs, hommes et femmes sans qui rien de tout ça ne serait réalisé, il souligne dans le document : « lorsque j’évoque mon bilan je dis (nous), car c’est un collectif qui dirige la CAF. Je suis entouré de femmes et d’hommes de valeur qui m’accompagnent dans mes fonctions, que ce soit dans l’Administration de la Confédération comme au Comité exécutif, dont je tiens à remercier particulièrement les membres actuels et passés ».

Un hommage soutenu qui montre les valeurs qui ont été siennes durant sa carrière de joueur, entraîneur et maintenant dirigeant de très haut niveau.

Non sans oublier les nombreux soutiens sans lesquels, peut-être, sa vision n’aurait pas pris forme. « Ces dernières années nous avons également pu compter sur des soutiens précieux, qui ont partagé notre vision du football en Afrique, et que je remercie : le président de la Fifa Gianni Infantino, mais aussi nombre de Chefs d’Etats de notre continent », explique-t-il.

Quand Ahmad est arrivé aux affaires en 2017, la poursuite d’une vision claire et précise a été de faire du football sur le continent « un puissant outil d’éducation pour la jeunesse africaine, d’ouverture à l’autre et à ses différences. Nous avons fait en sorte que les africains soient fiers de leur football ».

L’accent a été mis autour de cette passion, qui pousse les gens à se rencontrer, qu’elle soit accessible à tous : professionnels, amateurs, jeunes, femmes. Parce que ce sport que tout le monde aime regarder, et qui provoque des émotions que lui seul sait provoquer, doit aussi être pratiqué par qui le désire.



Elever l’institution aux standards internationaux

« Pour y arriver, la Caf a considérablement amélioré son organisation « par la création de nouveaux départements et services fonctionnels : juridique, conformité, approvisionnement ». L’instance continentale s’est attelée à un « alignement de l’administration et des objectifs sportifs, par la création de la division du football féminin, du département de l’arbitrage, du département de la sûreté et sécurité. Une commission de gouvernance a également été créée- une première dans l’Histoire de la CAF », se glorifie Ahmad.

D’ici fin 2020, les effectifs auront doublé par rapport à 2017. « Le renforcement des équipes de la CAF qui sont passés de 53 employés à 100 salariés ».

Dans l’optique de rassembler le maximum de forces vives pour optimiser le travail, l’ensemble des talents du Continent sont mobilisés : « 40% des employés sont expatriés contre 9%en 2017. A ces équipes s’ajoutent les personnels des Unions zonales qui ont été intégrés au sein de la CAF.

Le président Ahmad d’éclairer la lanterne des observateurs en affirmant dans son document bilan qu’: « un partenariat inédit à ma demande entre la CAF et la Fifa pour auditer toute l’institution. Cela a permis de rédiger un guide des bonnes pratiques auquel chacun apprend à se conformer pour améliorer les standards de la CAF ».

C’est après que « le plan Transform Caf 2021 a été rédigé suite au partenariat avec la Fifa pour fixer le cap et le calendrier des réformes à venir. Mais s’il a été retardé par les conditions sanitaires, il sera mis en œuvre »



Une gestion rigoureuse et suivie a permis de disposer d’une bonne santé financière

Un audit complet de la trésorerie puis des contrats de commercialisation du football africain avec la dénonciation du mandat Lagardère suite à des avis des juridictions égyptiennes et de la Comesa qui jugeaient qu’il représentait un danger pour la pérennité de la Caf et présentait un problème de respect des termes de la concurrence. « L’audit aura permis à la CAF de mieux gérer ses ressources commerciales, marketing et d’améliorer ses standards. Il aura aussi permis, en interne, de mettre fin aux pratiques obscures, notamment certains versements injustifiés et indus, ou opaques ou les versements de rétributions hors contrats », explique le document.

Sans omettre la mise en place d’un « système d’archives efficace permettant la traçabilité la plus poussée possible des documents administratifs et des mouvements financiers. Il assure aussi la continuité de l’institution ».

Grâce à sa bonne santé financière, la CAF a pu apporter un soutien renforcé aux fédérations, aux clubs et aux unions zonales.

S’atteler à une modernisation de ses compétitions avec un accroissement du nombre d’équipes participantes : de 16 à 24 à la CAN, de 8 à 12 à la Can U17, de 8 à 12 à la Can féminine et à la Can U20.

Les revenus ont été augmentés sur l’ensemble des catégories : par exemple, de 25 et +30% sur la CAN U23 2019.

Afin d’assurer une totale neutralité dans le travail fastidieux des arbitres, la CAF a opté pour une mise à niveau des encadrements des matchs. Mise à niveau des encadrements des matchs, pour assurer la sécurité et la neutralité des matchs. D’abord « en augmentant à hauteur de 50% des indemnités des arbitres et une prise en charge de leurs déplacements. Ceci passe par la création d’un schéma professionnel d’arbitrage, histoire de doter définitivement l’Afrique d’arbitres répondant aux meilleurs standards internationaux. Une vingtaine de femmes et d’hommes sélectionnés dans ce sens.

Enfin la création des CAF Awards, qui récompensent chaque saison les meilleurs acteurs du football africain

« Toutes ces réformes ont montré que la CAF est désormais plus solide, même avec la baisse des revenus dus au Covid, la CAF a pu augmenter les aides aux fédérations et aux clubs en débloquant une enveloppe de 16,2M $ », ajoute le document.

Aucun sujet n’a été éludé dans ce programme bilan qui acte la volonté du président Ahmad de solliciter une nouvelle fois la confiance de ses pairs pour aller au bout de sa vision en parachevant les chantiers déjà entamés.

J. Gérard-Désiré ANGENGWA AGBEME

Après ses débuts scolaires, 1ere Promotion de l''Institut Champagnat- Collège de Binza- Institut Bobokoli actuellement, Jerry Gérard-Desiré ANGENGWA AGBEME NGENDU MBOKO est diiplomé d'études universitaires à l'Institut des Sciences et Techniques de l'Information (ISTI) actuel Institut Facultaires en Sciences de l'Infiormation et de la Communication (IFASIC). Jerry Gérard-Desiré ANGENGWA AGBEME est présentement Directeur-Coordonnareur de la Direction de la Communication et Médias de la Fédération congolaise de football association (FECOFA). Il charrie une riche expérience de plus d'une trentaine d'années de métier. Après ses débuts dans la Presse mère au sein du Groupe de presse Salongo dans les années '80, il assumera par la suite les fonctions de Rédacteur en chef et de Directeur de publication de plusieurs journaux du pays notamment EPANZA MAKITA, MAMBENGA, L'ESSOR AFRICAIN, NOUVEAU DEFI, L'ENJEU SPORTIF, LE DIPLOMATE, KIN MATCH, LA RÉPUBLIQUE, ... Il coordonne présentement le 1er Journal televisé sportif en lingala "15' YA MASANO" qu'on suit également sur Youtube sur 15' YA MASANO TV, après ses passages sur Télé Kin Malebo (TKM), Nzondo Télévision (NTV) et Canal Kin Television (CCTV)...