Le ministre Chembo Nkonde Serge déterre la hache de guerre, ramène le COC à l’âge archaïque et voudrait d’une suspension de la RD Congo par la CIO

  • AUDACIEUSE INGERENCE DE LA POLITIQUE DANS LES ELECTIONS DU COMITE OLYMPIQUE CONGOLAIS (COC). LES JEUX DE LA FRANCOPHONIE A JAMAIS COMPROMIS…

C’est comme s’il voudrait se faire du « buzz », ces derniers temps, ce jeune ministre venu du Katanga qui loge au 6ème étage de l’un des Immeubles du célébrissime Place Royal, au passionnel portefeuille gouvernemental des Sports et loisirs. A peine vient-il de se faire prendre la main dans le sac par l’intraitable Jules Alingete dans la sulfureuse tentative de détournement de près d’un million de dollars américains transférés insidieusement dans le compte de la Fédération congolaise de football association (FECOFA) sans que cette dernière n’en soit mise au courant.

Du coup, cela a suscité de la méfiance jusqu’à informer l’Inspection Générale des Finances (IGF). plus, le nouvel homme fort des Sports et loisirs, aux bons soins de son Secrétaire Général aux  Sports et loisirs, vient une fois de plus de plonger dans la vraie bêtise. Comme celle ayant soutenu  ses transferts frauduleux des fonds dans le compte de la FECOFA au motif que le Gouvernement de la république devait s’impliquer dans l’organisation d’un « Tournoi TIFOCO qualificatif à la Coupe du monde de la FIFA, Qatar 2022 ». Ça mérite une démission d’Homme d’Etat!

Toute honte bue, Chembo Nkonde Serge, le ministre des Sports et loisirs, puisque c’est de lui qu’il s’agit, devait bien se retrouver la queue entre les pattes, se taire, se tapir quelque part afin de se faire oublier un moment. Que non! Il vient, une fois de plus de se mettre ridiculement en vedette par une correspondance datée du 4 octobre 2021 dans laquelle il enjoint presqu’au président du Comité olympique Congolais (COC) « de diriger tous les dossiers des candidatures aux différents postes à la Direction des Activités Physiques et Sportives et celle-ci les remettra au président de la Commission ad hoc que je mettrai en place pour examiner les dossiers de chaque candidat conformément aux dispositions de l’Arrêté :ministériel n° MJSL/CAB/ 2100/0020/97 du 26 décembre 1997 portant révision des modalités d’organisation des organes dirigeants du mouvement sportif en République Démocratique du Congo. Après examen, cette commission ad hoc transmettra  son tour son rapport au Bureau qui sera mis en place par votre Assemblée Générale Extraordinaire Élective pour conduire les élections ».

En tout cas, c’est depuis belle lurette qu’on n’a plus assisté dans ce pays à une aussi manisfeste et audacieuse ingérence, immixtion sans autre forme de procès de l’autorité politique dans les affaires, même pas d’une Fédération sportive nationale mais, dans celles de la Fédération des Fédérations. Là, le ministre Chembo Nkonde Serge a tapé trop fort et expose du coup le pays aux sanctions internationales du Comité International Olympique (CIO) et par conséquent, adieu les prochains Jeux multidisciplinaires de la Francophonie.

Ce qui est de plus ridicule également, c’est le fait que Chembo Nkonde Serge se rabatte à un vieil arrêté ministériel de décembre 1997, antérieur de 14 ans à la Loi N° 11/023 du 24 décembre 2011 portant principes fondamentaux relatifs à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives en République Démocratique du Congo dite aussi, La loi sportive. Les dispositions de ladite Loi sont du reste explicites en termes de collaboration entre les Pouvoirs publics et le COC notamment à travers les prescrits de son Article 46 qui stipule : « Le Comité national olympique est dépositaire du symbole ddu Comité International Olympique et propriétaire des emblèmes olympiques nationaux. En matière d’olympisme et des compétitions multtidisciplaines, il est le seul interlocuteur du mouvement sportif congolais auprès de l’Etat et du Comité international olympique ».

Le CIO étant apolitique, le COC ne peut que fatalement l’être et le ministre Chembo Nkonde Serge vient de nouveau, de déterrer la hache de guerre! Jamais, il n’ôtera au Comité Olympique Congolais le droit d’organiser et de gérer ses propres Assemblées Générales, soient-elles extraordinaires et électives.

Affaire à suivre…

J. Gérard-Désiré ANGENGWA AGBEME

Après ses débuts scolaires, 1ere Promotion de l''Institut Champagnat- Collège de Binza- Institut Bobokoli actuellement, Jerry Gérard-Desiré ANGENGWA AGBEME NGENDU MBOKO est diiplomé d'études universitaires à l'Institut des Sciences et Techniques de l'Information (ISTI) actuel Institut Facultaires en Sciences de l'Infiormation et de la Communication (IFASIC). Jerry Gérard-Desiré ANGENGWA AGBEME est présentement Directeur-Coordonnareur de la Direction de la Communication et Médias de la Fédération congolaise de football association (FECOFA). Il charrie une riche expérience de plus d'une trentaine d'années de métier. Après ses débuts dans la Presse mère au sein du Groupe de presse Salongo dans les années '80, il assumera par la suite les fonctions de Rédacteur en chef et de Directeur de publication de plusieurs journaux du pays notamment EPANZA MAKITA, MAMBENGA, L'ESSOR AFRICAIN, NOUVEAU DEFI, L'ENJEU SPORTIF, LE DIPLOMATE, KIN MATCH, LA RÉPUBLIQUE, ... Il coordonne présentement le 1er Journal televisé sportif en lingala "15' YA MASANO" qu'on suit également sur Youtube sur 15' YA MASANO TV, après ses passages sur Télé Kin Malebo (TKM), Nzondo Télévision (NTV) et Canal Kin Television (CCTV)...