RDC : « Les gens ne sont pas prêts à accepter les obsèques de Tshisekedi avec le gouvernement actuel », estime son frère

JEUNE AFRIQUE DU 07 février 2017

La date du rapatriement du corps d’Étienne Tshisekedi à Kinshasa n’est toujours pas fixée avec certitude. Une partie de sa famille et de son parti souhaite que son fils, Félix, soit nommé Premier ministre avant les obsèques nationales. « Le corps d’ÉtienneTshisekedi pourrait être rapatrié à Kinshasa au plus tôt vendredi », avait déclaré Valentin Mubake, un des dirigeants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), à l’AFP. Aujourd’hui, ce scénario paraît bien optimiste.

Une semaine après le décès de l’ancien leader de l’opposition congolaise, Étienne Tshisekedi, les détails de ses obsèques à Kinshasa ne sont toujours pas fixés. L’incertitude pèse, notamment, sur l’ordre à respecter entre la nomination du nouveau gouvernement et l’organisation de son inhumation à Kinshasa.

« Les gens ne sont pas prêts à accepter… »

Certains membres de la famille d’Étienne Tshisekedi et certains de ses supporters estiment en effet que la nomination d’un nouveau Premier ministre devrait intervenir avant les obsèques.

« À Kinshasa, les gens ne sont pas prêts à accepter des obsèques avec ce gouvernement, assure à Jeune Afrique Mgr Gérard Mulumba, frère cadet du défunt et évêque, depuis Kinshasa. C’est ce que tout le monde dit et c’est ce que j’ai indiqué aux autorités pour que les obsèques se passent au mieux ».

La nomination d’un nouveau Premier ministre issu du Rassemblement de l’opposition, la coalition formée par Tshisekedi, était en effet prévue dans l’accord signé le 31 décembre dernier. Mais les discussions entre le pouvoir et l’opposition sur l’identité du Premier ministre ont été interrompues par le décès d’Etienne Tshisekedi, le 1er février.

Elles sont toujours à l’arrêt : la Conférence épiscopale nationale au Congo (Cenco), médiateur de ces discussions, n’est pas présente à Kinshasa. « Les évêques sont actuellement en mission en Suisse, indique son porte-parole, l’Abbé Nshole. Ils ne devraient pas revenir avant la fin de la semaine et les discussions ne reprendront probablement pas avant les obsèques de Tshisekedi ».

Félix Tshisekedi Premier ministre ? 

Avec la disparition du très populaire Étienne Tshisekedi, le Rassemblement a perdu un de ses principaux moyens de pression et facteur d’unité. Une partie des membres de cette plateforme craint désormais que le pouvoir ne s’estime plus contraint de nommer un Premier ministre issu du Rassemblement. Ils envisagent d’utiliser les obsèques (et les débordements qu’elles pourraient occasionner) comme moyen de pression pour obtenir sa mise en œuvre rapide.

Selon un message posté sur Facebook par Raphaël Katebe Katoto, un cadre du Rassemblement, le nom de Félix Tshisekedi avait été transmis à la Cenco pour le poste de Premier ministre avant le décès de son père.

Mgr Mulumba doit rejoindre le reste de la famille Tshisekedi à Bruxelles (notamment le fils Félix et la veuve Marthe) ce mercredi 8 février, avant une messe le lendemain. Une délégation du gouvernement congolais pourrait arriver dans la capitale belge jeudi, afin de démêler cet imbroglio avec la famille du défunt.

Pierre Boisselet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *