Dossier MONUSCO : Le péril est déjà en route, réveillons-nous !

Cri de coeur d’un Patriote ….

Il y a trois semaines passées que le Conseil de Sécurité des Nations Unies reconduisait l’embargo sur l’importation des armes contre notre pays, par suite de l’initiative de la France, l’un des parrains du Rwanda. Aussi, le 13 juillet dernier, bien que disposant de moyens très importants, et d’effectifs de 17.000 hommes armés lourdement, la MONUSCO se déclare, hélas, impuissante, incapable et mal équipée pour faire face au M23, taxé par la même MONUSCO d’être bien organisé, bien structuré et mieux équipé que les forces des Nations-Unies opérant chez nous, et constituées, sans rire, des militaires aguerris, venus de 56 pays retenus par le Conseil de Sécurité des Nations Unies !

L’on doit tout de même constater que, malgré les preuves matérielles, irréfutables produites par notre Gouvernement au Conseil de Sécurité de l’ONU, pour obtenir la condamnation ferme, sans équivoque de l’agression rwandaise, agissant sous le label du M 23, cet Organe onusien refuse d’admettre l’évidence ! Pire, la Représentante Spéciale du Secrétaire Général des Nations Unies, Madame BINTU KEITA allègue que la MONUSCO n’a pas suffisamment de preuves en sa possession, attestant la présence des troupes étrangères au côté du M23 et que les Nations-Unies ne trouvent pas d’éléments probants permettant de qualifier le M23 de groupe terroriste, contredisant ainsi le point de vue très objectif de notre Gouvernement.

Par toutes ces prises de position onusiennes, il s’avère un truisme que l’ONU, instrumentalisée par les Américains, reconnait ouvertement son échec à ramener la paix à notre pays, et cherche, avec malignité, à accorder un statut spécial aux terroristes du M23, les amener sur le même pied d’égalité que le régime au pouvoir en RDC, autant qu’il fut le cas au Soudan, lorsque la MONUS (Mission d’Organisation des Nations-Unies au Soudan) avait placé John Garang et El Bashir sur le même pied d’égalité pour débattre de l’indépendance factuelle avérée du Soudan du Sud en 2005, et enfin, à consacrer l’instauration d’un Tustsiland, dans la partie orientale du pays.

Très clairement, la MONUSCO a, aujourd’hui, pour mission spécifique de préparer l’opinion congolaise et africaine à une guerre d’envergure qui serait une offensive de conquête, par le M 23, des territoires à l’intérieur de notre pays, visant à récupérer des étendues qui constitueraient cette nouvelle République  » Tustsiland  » , conçue, depuis 1962, dans les officines obscures impérialistes occidentales.
Aussi, l’ONU voudrait nous faire admettre qu’en dehors des négociations directes avec le M 23, il n’existe aucune autre force armée qui ramènerait la paix en RDC. Donc, pour les Nations Unies, nous sommes contraints de considérer le M 23 comme partenaire privilégié, incontournable à la table des négociations, dans la perspective de ramener la paix au pays.

Voilà l’astuce impérialiste concoctée pour nous dissuader, pour nous décourager, même pour démoraliser nos FARDC au front, dans leur détermination farouche à en découdre définitivement avec ces voyous terroristes du M 23 ! Chers compatriotes, ce qui sera condamnable, coupable, c’est d’être au courant du crime international ourdi contre notre pays, et se taire, sans dénonciation ! Or, si nous continuons à demeurer distraits affreusement, nous risquerions d’assister, avec impuissance, à l’effondrement de notre pays, à cause de nos propres turpitudes qui auront encaissé le plan de la désintégration de la Patrie. Ce serait vraiment ridicule !

Chers compatriotes, évitons, de grâce, de voir l’exemple malheureux du Soudan se produire dans notre pays. J’en appelle donc, à notre sursaut d’orgueil patriotique, à la mobilisation de tous, dans l’unité, au-delà de nos clivages politiques, pour défendre, jusqu’au prix de notre sang, l’intégralité du sol congolais nous légué par nos ancêtres. A chacun donc de jouer sa partition patriotique, pour que vive à jamais notre Patrimoine commun, la République Démocratique du Congo !

Paul LENGWA MOBOTE,
Le Patriote

J. Gérard-Désiré ANGENGWA AGBEME

Après ses débuts scolaires, 1ere Promotion de l''Institut Champagnat- Collège de Binza- Institut Bobokoli actuellement, Jerry Gérard-Desiré ANGENGWA AGBEME NGENDU MBOKO est diiplomé d'études universitaires à l'Institut des Sciences et Techniques de l'Information (ISTI) actuel Institut Facultaires en Sciences de l'Infiormation et de la Communication (IFASIC). Jerry Gérard-Desiré ANGENGWA AGBEME est présentement Directeur-Coordonnareur de la Direction de la Communication et Médias de la Fédération congolaise de football association (FECOFA). Il charrie une riche expérience de plus d'une trentaine d'années de métier. Après ses débuts dans la Presse mère au sein du Groupe de presse Salongo dans les années '80, il assumera par la suite les fonctions de Rédacteur en chef et de Directeur de publication de plusieurs journaux du pays notamment EPANZA MAKITA, MAMBENGA, L'ESSOR AFRICAIN, NOUVEAU DEFI, L'ENJEU SPORTIF, LE DIPLOMATE, KIN MATCH, LA RÉPUBLIQUE, ... Il coordonne présentement le 1er Journal televisé sportif en lingala "15' YA MASANO" qu'on suit également sur Youtube sur 15' YA MASANO TV, après ses passages sur Télé Kin Malebo (TKM), Nzondo Télévision (NTV) et Canal Kin Television (CCTV)...